Adénome de la prostate : Tout savoir 

La prostate est un organe situé en dessous de la vessie. On le retrouve chez les hommes. Cet organe joue un rôle important dans l’expulsion des urines du corps. Mais, parfois au fur et à mesure que l’homme grandit, la prostate peut augmenter de volume. Cette augmentation est souvent à l’origine de plusieurs maladies comme l’adénome de la prostate. Qu’est-ce qu’un adénome de la prostate ? Quels sont ses symptômes ? Comment le diagnostic-t-on ? Quelles sont ses complications ? Quels sont les traitements possibles ? Découvrez ses réponses dans la suite de cet article. 

Qu’est-ce qu’un adénome de la prostate ?

L’adénome de la prostate encore appelé hypertrophie bénigne de la prostate, est une augmentation du volume de la prostate. Cet organe se retrouve uniquement chez l’homme. Du coup, les femmes ne sont pas concernées par l’adénome de la prostate. 

Il est provoqué par une tumeur bénigne qui apparaît dans la zone de transition de l’urètre et de la prostate. Cette maladie se manifeste souvent chez les hommes de plus de 50 ans. 

L’adénome de la prostate n’a pas souvent des conséquences graves, mais est à l’origine des troubles urinaires. Il peut être traité par la surveillance de l’alimentation. Vous pouvez également recourir à des médicaments comme le Prostalim xr.

Quels sont les symptômes de l’adénome de la prostate ?

L’augmentation du volume de la prostate provoque la compression de l’urètre. En effet, l’urètre est un organe qui traverse la prostate et favorise l’évacuation de l’urine hors de l’organisme. Du fait de sa combinaison avec la prostate, l’urètre se rétrécit au fur et à mesure que la prostate grossit. 

Cela provoque des troubles urinaires, car une fois que l’urètre se compresse, l’urine n’a plus de facilité à être évacuée. Cette maladie se manifeste par les signes suivants :

  • La fréquence des besoins urinaires de jour et surtout de nuit,
  • L’incapacité à retenir l’urine,
  • La baisse de la pression de l’urine qui peut parfois sortir en petite quantité,
  • Les fuites urinaires,
  • L’impression d’une vessie non entièrement vidée après avoir uriné,
  • Les écoulements d’urine après avoir uriné,
  • Le retardement de l’urine lorsqu’on veut uriner et le besoin de pousser pour le début,
  • Les troubles sexuels.

Comment diagnostiquer l’adénome de la prostate ?

Le diagnostic de l’adénome de la prostate se fait par un toucher rectal et la réalisation d’un test urinaire pour plus de précision. Pour faire le toucher rectal, le médecin consultant avec son gant à la main introduit son index dans le rectum pour atteindre la prostate. Ce faisant, le médecin vérifie si :

  • Le volume de la prostate est normal, 
  • La surface de la prostate présente des anomalies,
  • La consistance de la prostate est normale. 

En cas de l’adénome, la prostate du patient prend du volume, présente une surface lisse et sans nodule et une consistance ferme et molle. Pour ce qui est du test urinaire, il vise à détecter la présence d’une infection urinaire. Ce test est fait grâce à l’utilisation de bandelettes réactives. 

Quelles sont les complications de l’adénome de la prostate ?

Malgré le fait que l’on considère l’adénome de la prostate comme étant une maladie bénigne, elle doit tout de même être contrôlée. L’état de cette maladie peut en effet dégénérer et provoquer une obstruction vésicale. Dans le cas de ce genre de complications, des examens complémentaires sont demandés pour confirmer le diagnostic. Ces examens complémentaires sont entre autres :

  • L’échographie abdomino-pelvienne,
  • Le taux de PSA,
  • Le bilan sanguin,
  • La créatinine,
  • L’échographie réno-vésico-prostatique,
  • La débimétrie. 

Quels sont les traitements possibles de l’adénome de la prostate ?

Les traitements de l’adénome de la prostate sont définis en fonction de la gravité de la maladie. Ainsi les traitements varient d’une simple surveillance alimentaire à un traitement médical et au pire des cas à un traitement chirurgical. Lorsque l’adénome de la prostate n’est pas encore très grave, le respect des règlesdiététiques peut être suffisant. 

Pour cela, le médecin traitant recommande :

  • La diminution de la consommation en eau en soirée,
  • La limitation de la consommation des stupéfiants,
  • La cessation de tout autre traitement,
  • Le traitement de la constipation. 

En ce qui concerne le traitement médical, il est appliqué lorsque la maladie est à un stade moyennement avancé. Dans ce cas, le médecin traitant pourra prescrire des médicaments. Mais lorsque la maladie est à un stade trop avancé, une intervention chirurgicale devient imminente. Cette intervention permet de retirer le tissu prostatique pour favoriser une circulation normale des urines. 

Votez pour ce produit

Laisser un commentaire

trois + six =