Ablation prostate : Quels sont les risques ? 

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui évolue lentement à partir des cellules de la glande de l’appareil génital masculin. Lorsqu’il atteint un niveau avancé, une opération chirurgicale devient inévitable : C’est l’ablation de la prostate. Cette dernière consiste à enlever la prostate et certains tissus avoisinants.

Suite à l’intervention chirurgicale, certains risques peuvent survenir chez l’opéré. Dans cet article, vous découvrirez les risques d’une chirurgie de la prostate.

Que savoir de l’ablation de la prostate ?

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes à partir de 60 ans. À un niveau avancé, une opération chirurgicale s’impose. Il s’agit de l’ablation de la prostate. Elle est encore appelée la prostatectomie. Cette chirurgie permet de retirer la prostate, les ampoules déférentielles et les vésicules séminales d’un patient.

L’ablation de la prostate est pratiquée par un urologue. Avant le démarrage de l’opération, un bilan sanguin est réalisé. Cela permet d’évaluer le fonctionnement des reins et la capacité de coagulation sanguine chez la personne à opérer.

Par ailleurs, il est possible d’utiliser Prostalim xr afin de prévenir et de traiter les troubles de la prostate.

Lisez aussi  Hepaphenol Avis consommateur - Prix Pharmacie

Quelles sont les différentes méthodes d’ablation de la prostate ?

Il existe plusieurs méthodes chirurgicales pour pratiquer une ablation de la prostate.

L’ablation de la prostate par voie rétro pubienne

Elle est encore appelée la prostatectomie par chirurgie classique. Cette technique consiste à pratiquer l’incision dans la partie inférieure de l’abdomen. À travers cette méthode, le chirurgien a une bonne vision sur la prostate et les vésicules séminales. 

Il s’agit de la technique la plus répandue au monde. Par ailleurs, elle génère des pertes de sang chez le patient comme toute opération ouverte. Pour la cicatrisation et la convalescence, la durée est souvent longue.

La prostatectomie par chirurgie cœlioscopique

Cette méthode consiste à pratiquer 5 à 6 petites incisions de 5 à 12 mm dans l’abdomen afin d’enlever la prostate à l’aide d’un endoscope. Cette technique offre à l’urologue une vision magnifiée du champ opératoire. Cela lui permet de bien réaliser son travail. Par ailleurs, le saignement est réduit comparativement à la méthode précédente. Le temps d’hospitalisation et de convalescence est également réduit. Ainsi, le patient pourra vite reprendre ses activités.

La prostatectomie par chirurgie robotisée

Le chirurgien pratique plusieurs courtes incisions dans l’abdomen à l’aide d’un robot. Avec cette méthode d’ablation, il est possible de préserver les nerfs responsables du mécanisme de l’érection. Il faut noter que la durée d’hospitalisation est très courte.

La prostatectomie par voie périnéale

Cette méthode est utilisée chez les patients obèses ou ayant déjà subi plusieurs opérations chirurgicales. Elle consiste à réaliser l’incision entre le scrotum et l’anus.

Quels sont les risques liés à l’ablation de la prostate ?

L’ablation de la prostate comporte des risques.

Lisez aussi  Quel est notre avis sur le Prostalim XR de Biovancia ?

L’incontinence urinaire

Elle est l’un des principaux effets de l’ablation de la prostate. L’incontinence urinaire survient dans les semaines qui suivent l’opération. Elle apparait si la chirurgie atteint le sphincter. Cela rend la vessie moins efficace et donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d’urine.

Par ailleurs, ces fuites urinaires sont souvent temporaires et peuvent disparaître au bout de quelques semaines ou quelques mois. Aussi, est-il possible de suivre d’autres traitements pour la rééducation. Il s’agit des injections intra sphinctériennes et de la mise en place d’un sphincter artificiel.

Des troubles d’érection

Lorsque les cellules cancéreuses atteignent les bandelettes neuro-vasculaires, le chirurgien pratique souvent une prostatectomie radicale. En effet, il enlève la prostate et les autres structures. Cela crée des troubles sexuels chez le patient et l’empêche de maintenir une érection ferme. Il pourra donc devenir impuissant.

Néanmoins, il est possible de recourir à la chirurgie robotisée afin de préserver des nerfs responsables de l’érection. Cela pourra limiter le risque de la suppression de l’éjaculation.

L’hématome

Il s’agit d’une affection de la peau qui apparaît suite à une opération chirurgicale. Elle se caractérise par un gonflement, une douleur et une couleur bleutée-rouge-noir. Elle est esthétiquement indésirable.

La sténose de l’anastomose urétrovésicale

Il s’agit d’un rétrécissement du canal urinaire qui rend difficile l’évacuation de l’urine. La sténose de l’anastomose urétrovésicale impacte négativement la qualité de vie sexuelle chez le patient. Une nouvelle chirurgie est nécessaire pour son traitement.

Votez pour ce produit

Laisser un commentaire

5 × deux =